Les 10 premiers judokas sélectionnés pour les JO de Paris

Nico Par Nico

Publié le

Au cœur du dojo de l'INSEP à Paris, l'annonce tant attendue a été faite par Frédérique Jossinet, présidente du comité de sélection de la Fédération française de judo. Ce vendredi, la première vague de judokas sélectionnés pour les Jeux olympiques de Paris 2024 a été dévoilée, marquant une étape cruciale pour ces athlètes.

Frédérique Jossinet, elle-même quadruple participante aux Jeux, dont deux fois non retenue, a eu des mots de soutien pour ceux qui n'ont pas été sélectionnés. Elle a souligné l'importance du soutien de la famille du judo, des dirigeants, des responsables d'équipes et des entraîneurs référents pour accompagner au mieux les athlètes dans cette période délicate. Les non-sélectionnés ont également des échéances à préparer, notamment les Championnats du monde prévus en juin 2024, et ils doivent rester prêts en cas de forfait d'un titulaire pour Paris 2024.

Marie-Eve Gahié présente, Margaux Pinot Absente

Dans la catégorie des -70 kg, Marie-Eve Gahié a été préférée à Margaux Pinot, cette dernière n'étant pas classée à Tokyo en 2021 en individuel. Gahié, championne d'Europe en novembre, a exprimé sa joie et son engagement à travailler pour l'or.

En -48 kg, Shirine Boukli, médaillée d'or continental à Montpellier en novembre, a consolidé sa position, devançant sa concurrente Blandine Pont. Boukli, mal classée à Tokyo, a exprimé sa fierté et sa satisfaction quant à sa sélection méritée.

Amandine Buchard, leader incontestée des -52 kg, a confirmé son statut de favorite. Elle vise l'or à Paris, malgré la présence de la redoutable Uta Abe sur sa route. Buchard a souligné que sa sélection n'est qu'une étape et que son objectif ultime est de devenir championne olympique.

Les autres judokas sélectionnées comprennent Sarah-Léonie Cysique en -57 kg, Clarisse Agbégnénou en -63 kg, et Orlane Kanor en -78 kg. Toutes partagent l'objectif commun d'atteindre l'or aux Jeux olympiques de Paris 2024, et la détermination est palpable dans leurs déclarations. Les prochaines vagues de sélections auront lieu après le Grand Chelem de Tel Aviv en février et l'Euro en Croatie en avril.

Objectif or pour Romane Dicko

Romane Dicko a été préférée à Julia Tolofua, vice-championne du monde 2023 en +78 kg. Cette décision du comité de sélection français, dirigé par Christophe Massina, a été basée sur les performances récentes de Dicko, qui a brillé lors de plusieurs compétitions mondiales cette saison.

La tricolore a connu une année exceptionnelle, tombant de son trône mondial à Doha mais rebondissant avec succès. Elle a remporté le Masters à Budapest en août, battant Julia Tolofua en finale, puis a ajouté un autre titre à son palmarès en remportant l'Euro au début du mois. Ces performances impressionnantes ont pesé dans la balance du comité de sélection, qui a estimé que Dicko avait démontré sa forme et sa détermination, remportant trois des quatre événements mondiaux cette saison, avec un quatrième titre européen.

Christophe Massina a justifié ce choix en soulignant la constance des performances de Romane Dicko au plus haut niveau. Malgré la proximité entre les deux athlètes et l'amitié avec Julia Tolofua, le comité a pris en compte les résultats récents et a conclu que Dicko était mieux positionnée pour représenter la France dans la catégorie des +78 kg aux Jeux olympiques.

Romane Dicko, bien que surprise par la précocité de l'annonce, a exprimé sa sérénité à l'idée d'avoir plus de temps pour se préparer en vue des Jeux olympiques. Elle a partagé un message de soutien avec Julia Tolofua, reconnaissant l'amitié qui les lie malgré la compétition intense sur le tatami.

Médaillée de bronze lors de ses premiers Jeux olympiques à Tokyo, Romane Dicko a des ambitions élevées pour Paris 2024, visant rien de moins que l'or. Son état d'esprit résolument tourné vers la victoire promet des moments palpitants sur les tatamis parisiens l'été prochain.

la star Teddy Riner

Le suspense persiste dans la sélection française de judo pour les Jeux olympiques de Paris 2024, mais les premiers noms ont émergé. Côté masculin, Teddy Riner, figure emblématique et multiple champion du monde, est assuré de représenter la France dans la catégorie des +100 kg, cherchant à ajouter une troisième couronne olympique à son impressionnant palmarès.

Dans la catégorie des -60 kg, Luka Mkheidze a consolidé son statut de leader en remportant le titre européen ce mois-ci. Avec des ambitions élevées pour Paris 2024, Mkheidze vise la médaille d'or et a exprimé sa satisfaction d'avoir plus de temps pour se préparer stratégiquement.

Le judoka Walide Khyar, qui avait précédemment concouru en -60 kg, a obtenu sa sélection en -66 kg. Emu par cette réussite, Khyar a partagé son parcours de détermination et d'auto-croyance.

Dans la catégorie des -81 kg, Alpha Djalo a réalisé une percée remarquable, obtenant sa sélection trois ans après avoir lutté sans succès pour un quota olympique. Sa médaille continentale récente devrait être un catalyseur pour ses aspirations olympiques.

Cependant, plusieurs catégories masculines restent ouvertes, notamment en -73 kg, -90 kg et -100 kg, où la compétition s'annonce intense entre des athlètes talentueux tels qu'Ugo Legrand, Axel Clerget, et Aurélien Diesse.

Côté féminin, la sélection en -78 kg demeure en suspens entre Audrey Tcheuméo et Madeleine Malonga. Le comité de sélection observera attentivement les performances lors du Grand Chelem de Paris en février avant de prendre une décision finale.

Dans l'ensemble, la diversité des catégories et l'émulation entre les athlètes promettent des sélections palpitantes et des performances exceptionnelles pour l'équipe française de judo aux Jeux olympiques de Paris 2024.